Lettre de liaison n°16 - 06 2021

Cher camarade, Madame, Monsieur,
Dans la lettre du début d’année, je formais des vœux pour un retour progressif mais rapide à une situation sanitaire sereine et apaisée.

Editorial

Force est de constater que, tout au long de ce premier semestre, les améliorations se sont faites attendre. Les nouvelles semaines de confinement, les restrictions de déplacement et le couvre-feu ne vous ont pas permis de retrouver une vie normale et de profiter de la présence physique des membres de vos familles ou celles de vos amis.

C’est dans ce contexte que nous avons dû renoncer à la tenue de la réunion des Retrouvailles que nous aurions souhaité pouvoir organiser au printemps 2021 à Lyon, suite au report de celle prévue en octobre de l’année dernière.

Les campagnes de vaccination et la période estivale nous laissent entrevoir une accalmie sur le plan des contaminations pour les prochains mois. Cependant, la situation reste incertaine pour la rentrée. Il nous paraît alors encore prématuré d’envisager de nous rassembler à l’automne. D’autant plus si les conditions imposent encore un protocole sanitaire contraignant peu propice à la convivialité indispensable à ces Retrouvailles. Aussi, le conseil d’administration a décidé de reporter à nouveau la réunion au printemps 2022. Nous en sommes désolés mais la prudence impose cette décision raisonnable.

Malgré les mesures sanitaires, la Fondation a poursuivi ses activités, le secrétariat restant ouvert en alternant présence au bureau 1 à 2 jours par semaine et télétravail en complément.

Cela a permis de maintenir le lien avec les camarades et les conjointes survivants, notamment pour les assister dans leurs démarches administratives. Ainsi, un appui a été apporté à la vingtaine de veuves d’aveugles de guerre susceptibles de bénéficier de la majoration de pension attribuée à compter du 01 janvier 2021, à celles dont le mari est décédé en possession d’une pension avec un indice égal ou supérieur à 6 000 points. A ce jour, une douzaine d’entre-elles ont vu leur situation régularisée. Nous rappelons aux veuves qui pourraient bénéficier de cette mesure, qu’elle n’entre en vigueur qu’après la demande de l’intéressée. Il est donc urgent pour les retardataires d’adresser leur demande à la Sous-direction des Pensions à La Rochelle.

Les actions de soutien de la Fondation aux institutions méritantes se sont également poursuivies comme vous pourrez le constater en prenant connaissance de l’article de cette lettre. Nous renouvelons notre vive gratitude à tous les  donateurs qui, par leur contribution modeste ou généreuse, manifestent leur attachement à l’histoire des aveugles de guerre et apportent leur soutien à la Fondation qui en perpétue la mémoire.

Avec une pensée toute particulière pour celles et ceux d’entre vous confrontés à la perte d’un être cher, à la maladie ou à l’isolement, je vous souhaite de trouver avec l’arrivée des beaux jours de l’été, des raisons pour goûter à nouveau aux plaisirs de la vie.

Pierre Tricot

***

In memoriam

Nous avons appris récemment le décès de notre camarade François SALMERI survenu le 21/10/2018, à l’âge de 89 ans.

Né le 21 septembre 1929 à Alger, victime civile, blessé le 2 mai 1962 au port d’Alger sur le lieu de travail, par l’explosion d’une voiture piégée. Comptable avant sa blessure, admis à l’UAG en 1965.

Père de 2 enfants nés d’une première union, remarié à Flore RAZAFINDRAMANITRA le 21/03/1996.

 

Notre camarade Aloÿse LITZENBURGER est décédé le 03 février 2021 dans sa 98ème année.

Né le 13 avril 1923 à Forbach (Moselle), « Malgré Nous », il est incorporé de force dans l’armée allemande et combat sur le front russe dans une unité du génie. Blessé le 18 février 1945 en Prusse Orientale par mine et obus.

Boucher-charcutier avant la guerre, il est rééduqué en brosserie à l’UAG où il est admis en 1947.

Chevalier de l’Ordre National du Mérite 1974 et de la Légion d’Honneur 1985.

Président de la régionale Bas-Rhin Haut-Rhin Moselle de 1969 à 2007 et administrateur de l’UAG de 1973 à  2001, il a pris une part active au développement des liens entre les aveugles de guerre français et allemands.

Marié en 1948 à Eugénie MEYER, décédée en 1982.

 

Notre camarade Jean-Pierre SIMON est décédé le 23 février 2021 à l’âge de 89 ans.

Né le 14 avril 1932 à Saverne (Bas-Rhin), il est blessé le 16 février 1945 à l’âge de 13 ans.

Aveugle et bi-amputé des jambes, il est admis à l’UAG en 1975.

 

Notre camarade et doyen Henry DIAZ est décédé le 12 mars 2021 dans sa 104ème année.

Né le 22 avril 1917 à Vierzon (Cher), volontaire des Brigades Internationales de 1936 à 1939, mobilisé en 1939 au 105ème régiment d’artillerie dans les Vosges, prisonnier en juin 1940 et évadé en 1942, il a pris, à l'automne de la même année,  la tête d'un maquis Francs-Tireurs et Partisans (FTP) dans le Cher.

Son action lui vaudra la confirmation du grade de capitaine,  l’attribution de la Croix de Guerre avec 2 citations puis la décoration de la Croix de Chevalier de la Légion d’Honneur.

Devenu aveugle des suites de maladie contractée pendant sa période d'internement, il est admis à l'UAG en 1955. Diplômé en 1958, il exerce la profession de masseur kinésithérapeute jusqu’en 1982.

Veuf de Micheline LEPAIN, jeune résistante décorée de la Croix de Guerre, décédée en 1973, il était marié à Bernadette JOUANNY depuis 1979.

Henry DIAZ a écrit ses mémoires intitulées « Les sentiers de la liberté ». Edition « Le Temps des cerises 1999, réédité en 2015.

 

Notre camarade Pierre BLANCHEZ est décédé le 30 mars 2021 à l’âge de 86 ans.

Né le 07 septembre 1935 à Saint-Dié (Vosges), sergent au 26ème R.I.M, blessé par balle en service commandé le 23 janvier 1958 à Oued Kébérit (Algérie).

Titulaire de la croix du combattant, il est admis à l’UAG en 1958. Administrateur et membre de la commission des finances de 2008 à 2015. 

Ajusteur outilleur avant sa blessure puis masseur kinésithérapeute  jusqu’en 1999.

Vice-président et animateur du club informatique du comité de Cannes  de l’Association Valentin Haüy.

Père de 2 enfants nés d’une première union, remarié à Evelyne BERGERET en 1985.

 

Notre camarade André RAQUE est décédé le 16 avril 2021 à l’âge de 89 ans.

Né le 14 mars 1932 à Saint-Maurice de Pionsat (Puy-de-Dôme), soldat 2ème classe du bataillon autonome du Dahomey, blessé par balle en service commandé le 5 mai 1952 à Parakou (Dahomey). Admis à l’UAG en 1954. Après sa rééducation, exerce la profession de masseur kinésithérapeute pendant 40 ans jusqu’à sa retraite en 1997.

Marié en 1965 à Claudine Tauveron, il était père d’une fille.

 

Madame Yvette DEGUERRY, veuve de notre camarade Jean DEGUERRY, en 2019, à l’âge de 93 ans.

Madame Yvonne MILOR, veuve de notre camarade Raymond MILOR, le 29 juillet 2020, à l’âge de 86 ans.

Madame Rosemonde GUERIN, épouse de notre camarade Jean GUERIN, le 20 décembre 2020, dans sa 84ème année.

Madame Jacqueline PLAGNOL, veuve d’André PLAGNOL, ancien trésorier de l’UAG, le 8 janvier 2021, dans sa 94ème année.

Madame Jeannette MARCHAND, épouse de notre camarade Pierre MARCHAND, le 9 janvier 2021, dans sa 82ème année

Madame Marie-Claire ADEUX, veuve de notre camarade Robert ADEUX, le 27 mars 2021, à l’âge de 71 ans.

 

Etat civil

Naissances :

Rose-Marie COCHET, première arrière-petite-fille de Madame veuve Marcelle JEGU, le 04 décembre 2020.

Colette PETRIAT, 6ème arrière-petit-enfant du colonel Richard PERNOD, secrétaire de la Fondation, le 17 mars 2021.

***

Actions de la Fondation au 1er semestre 2021

Action sociales : 8 600 €

Versement de 4 allocations décès et d’une aide financière. Envoi de gerbes pour les obsèques et d’une palme.

Don d’un moniteur ophtalmologique métrovision (30 000 €) à l’hôpital Sainte-Marie (Paris 14ème)

Le don de cet appareil manifeste le souhait de la Fondation de soutenir une institution majeure dans le parcours de soins et de retour à l’autonomie des personnes confrontées à la déficience visuelle.

L’hôpital Sainte Marie (Paris 14ème) est un hôpital de soins de suite et de réadaptation, situé au sein de la cité hospitalière Saint-Joseph. Son service de rééducation et de réadaptation des déficiences sensorielles dispose de plateaux techniques et de l’ensemble des compétences de rééducation et de réadaptation en basse vision. Il accueille les déficients visuels pour améliorer leur autonomie et leur permettre de recouvrer le plus d’indépendance possible.

Le métrovision est un appareil permettant l’analyse de la sensibilité aux contrastes, la périmétrie centrale, la sensibilité à l’éblouissement et les stratégies du regard afin de corréler le plus étroitement possible l’évaluation initiale avec les capacités fonctionnelles  des patients.

Le moniteur ophtalmologique métrovision

 

Don d’un frontofocomètre (6 400 €) au service d’ophtalmologie de l’Institution Nationale des Invalides

Par ce don, la Fondation manifeste son soutien et sa reconnaissance au personnel de l’Institution Nationale des Invalides pour leur dévouement et leur professionnalisme dans les soins apportés aux blessés de nos armées.

Le frontofocomètre est un appareil permettant de mesurer la puissance des verres de lunettes et de lentilles des patients. Il permet ainsi de vérifier que la correction est adaptée au patient.

 

   Les membres de la délégation de la Fondation, les autorités de l’INI

et les personnels du service de consultation d’ophtalmologie réunis autour du frontofocomètre

 

Soutien financier à l’association « Souffleurs d’Images » (3 000 €)

Par ce don, la Fondation apporte son soutien à l’amélioration de l’autonomie des personnes déficientes visuelles en favorisant l’accès à la culture.

Souffleurs d’Images entend répondre aux besoins d’accessibilité des personnes déficientes visuelles et leur propose d’accéder quand elles le souhaitent à l’événement culturel de leur choix grâce à une médiation humaine et personnalisée. En réaction à la crise de la Covid, cet accompagnement culturel se fait par des bénévoles étudiants en histoire de l’art ou artistes qui décrivent des contenus culturels mis en ligne gratuitement par échange téléphonique.

 

Soutien à l’association « DUGTA » (9 600 €)

L’Association DUGTA œuvre, par le développement des représentations tactiles et contrastées en relief (2,5 ou 3 D) qu’elle propose, à l’accessibilité cognitive et ergonomique dans l’art et les musées des personnes handicapées visuelles.

La Fondation soutient un projet de « Prestations d’écriture de 45 textes/commentaires d’œuvres réalisées par une jeune professionnelle diplômée d’histoire de l’art ».

L’objectif du projet d’iconothèque tactile, contrastée et textuelle est de constituer un ensemble de références en histoire de l’art afin de permettre au public mal et non-voyants d’associer des formes aux mots exprimant des contenus oraux ou écrits de sujets artistiques. Les textes commentant les œuvres proposeront au lecteur déficient visuel d’appréhender les contextes historiques et géographiques de l’œuvre, les particularités des artistes et des techniques. Ces fiches seront consultables sur internet.

 

Versement de la deuxième partie de la bourse de recherche 2020 (7 500 €)

Le conseil d’administration de la Fondation a validé le rapport intermédiaire du dr. Oscar HAIGH, lauréat de la bourse 2020. Conformément au règlement, la Fondation a procédé au paiement du 2ème versement de la bourse.

Le sujet d’étude du dr. Haigh porte sur les mécanismes de prévention de la kératite herpétique, première cause de cécité d’origine infectieuse dans les pays industrialisés, et de la réactivation  du virus de l’herpès.

***

Dématérialisation des bulletins de pension militaire d’invalidité

Depuis juillet 2020, le bulletin de pension n’est  plus envoyé par voie postale aux pensionnés et aux conjoints survivants nés à partir de 1950.

A compter de février 2021, la mesure a été étendue aux pensionnés et conjoints survivants nés de 1940 à 1949.

Désormais chaque mois, un bulletin de pension est déposé dans l’espace numérique sécurisé que vous devez avoir créé sur le site ensap.gouv.fr.

Vos bulletins et titre de pension y sont archivés et disponibles à tout moment.

Le secrétariat de la Fondation se tient à votre disposition pour vous accompagner dans la création de votre espace numérique sécurisé.

Il vous est cependant conseillé de conserver sans limite de temps l’ensemble de tous les bulletins de pension déjà reçus en version papier. De plus, en aucun cas, vous devez vous séparer de votre titre de pension ni de celui du conjoint décédé.

 

***

Gratuité ou réduction pour les accompagnants des personnes handicapées sur le réseau francilien SNCF-RATP

Ile-de-France mobilités harmonise ses tarifs pour les voyageurs handicapés franciliens ou non franciliens.

Ainsi, les voyageurs, titulaires d’une carte d’invalidité à double barre bleue délivrée par l’ONAC ou d’une carte mobilité inclusion portant les mentions « cécité » et « besoin d’accompagnement », bénéficient de la gratuité sur les billets pour eux-mêmes ou leurs accompagnateurs.

Pour les voyageurs francilien, il faut faire la demande d’un pass navigo donnant droit à la gratuité.

Sans ce pass navigo et pour les voyageurs non francilien, à chaque voyage, il sera nécessaire de présenter sa carte d’invalidité au conducteur du bus ou au personnel présent au guichet qui procédera alors à l’ouverture du portillon d’accès.

 

*  *  *