La bourse 2017/2018 (25 000 €)

Dans sa séance du 17 mai 2017, le conseil d'administration de la Fondation, sur proposition du comité scientifique, a attribué la bourse 2017/2018 au docteur Damien GUINDOLET pour ses travaux portant sur la recherche de nouveaux traitements générant la survie et la multiplication des cellules souches chez des patients souffrant d'une brûlure oculaire sévère.

La bourse lui sera remise officiellement le mardi 21 novembre 2017 lors de la prochaine réunion du conseil d'administration de la Fondation.

Résumé 

La cornée est la partie transparente située à l'avant de l'oeil. Les cellules les plus superficielles de la cornée constituent l'épithélium cornéen, sorte d'équivalent de l'épiderme de la peau. Ces cellules sont en renouvellement perpétuel grâce à la présence de cellules souches. Il faut un nombre suffisant de cellules souches pour maintenir un épithélium en bonne santé. Si ce nombre est trop bas ou que les cellules souches disparaissent complètement, le patient souffre de problèmes de cicatrisation, de douleurs ; la cornée s'opacifie, ce qui entraîne une baisse de vision profonde. Sans un épithélium cornéen en bonne santé, même une greffe de cornée, ne peut pas fonctionner et sera vouée à l'échec. On observe une destruction des cellules souches lors des brûlures de l'oeil par un produit chimique, lors d'un accident domestique (lessive par exemple) ou de travail ou lors d'agressions (gaz lacrymogène, etc...) ; cela survient plus souvent chez des personnes jeunes, et les conséquences sont dramatiques si les 2 yeux sont atteints.

Nous souhaitions identifier et développer de nouveaux traitements pour favoriser la survie et la multiplication des cellules souches chez des patients souffrant d'une brûlure oculaire sévère. Nous avons identifié une molécule, EMMPRIN, présente à la surface des cellules qui entraîne une fonte de la cornée quand l'épithélium ne cicatrise pas : mais étonnamment, cette molécule est aussi présente à l'état normal et il a même été démontré que cette molécule intervient dans le maintien du caractère souche des cellules. Comment expliquer ce phénomène ? "La glycosylation". La molécule EMMPRIN, avant d'arriver à la surface de la cellule, subit différentes transformations, notamment l'ajout de sucres à des endroits bien précis ; ces modifications modifient profondément la manière dont la molécule va pouvoir interagir avec d'autres molécules pour produire ses effets. Nous souhaitons évaluer les effets sur les celluless souches de modification de l'organisation des sucres sur EMMPRIN, c'est à dire si elles survivent et se multiplient mieux. Grâce à ces découvertes, nous serions en mesure d'améliorer la survie des cellules souches à la fois au laboratoire mais également chez nos patients souffrants de brûlures chimiques ou même d'autres maladies où elles sont en péril.

 

 

*  *  *