Lettre de liaison FAG n°11

Chers camarades,

Madame, Monsieur,

Cette troisième lettre de liaison de l’année me donne à nouveau l’occasion de rester en contact avec vous et je m’en réjouis.

En effet, le plus grand nombre d’entre vous est maintenant dans l’incapacité de se déplacer pour participer à la réunion des Retrouvailles organisée à la rentrée de septembre. Pour ceux qui ne maîtrisent pas l’outil informatique pour consulter le site internet de la Fondation, cette lettre est donc l’unique moyen de se tenir informé des actualités touchant les aveugles de guerre. J’en mesure l’importance et souhaiterais qu’elle soit plus largement un lieu d’expression partagé dans lequel seraient publiés de petits textes, récits, souvenirs et anecdotes vous concernant. Comme le dit le proverbe africain, un ancien qui disparaît, c’est une bibliothèque qui brûle. Aussi, j’invite toutes celles et tous ceux qui le souhaitent à nous faire parvenir des témoignages tirés de leurs archives ou rédigés spécialement pour alimenter notre mémoire collective.

L'envoi du ballotin de chocolats aux veuves de nos camarades va être reconduit au début du mois de décembre. Pour nous permettre de savoir si le paquet est bien parvenu, il est demandé aux destinataires d'en accuser bonne réception auprès du secrétariat de la Fondation. Cette année encore, nous regrettons de devoir supprimer de la liste celles qui ne l'ont pas fait l'an dernier, mais il est encore temps de se rattraper !

Comme vous pourrez le lire dans cette lettre, nous espérons, pour la fin de l'année,  une bonne nouvelle concernant la reconnaissance de la situation des conjoints survivants des grands invalides de guerre.

Parallèlement à la défense de leurs droits et ceux de leurs veuves, la Fondation perpétue la mémoire des aveugles de guerre à travers les actions qu'elle même au profit d'organismes méritants dans l'accompagnement et les soins apportés aux personnes aveugles. Au nom du conseil d'administration de la Fondation, j’adresse mes très sincères remerciements à tous ceux d’entre vous qui ont manifesté par un don leur soutien aux actions portées par la Fondation. 

Des changements sont intervenus au sein du conseil d'administration et du comité scientifique de la Fondation. En effet, Mme Paulette Carré, vice-présidente, et le professeur  Hervé Offret, président du comité scientifique, ont fait part de leur souhait de mettre un terme à leur mandat d'administrateur qu’ils exerçaient depuis la création de la Fondation en janvier 2011. Nous leur exprimons toute notre reconnaissance pour leur engagement.  Monsieur le professeur Antoine Labbé, maître de conférence des universités, membre du comité scientifique, a accepté d’en assurer la présidence. Lors du conseil d’administration du 21 mai, M. Thomas Carré, arrière-petit-fils, petit-fils et fils d’aveugle de guerre, a été élu administrateur de la Fondation. Nous nous réjouissons de cette « relève » dans la continuité, signe que, fidèle au passé dans lequel elle puise ses forces, la Fondation des Aveugles de Guerre se tourne résolument vers l’avenir.

Pierre Tricot,

Président.

*

In Memoriam

Nous avons le regret de vous faire part du décès de :

Mme Augustine DARD, veuve de notre camarade Albert DARD, le 12 juillet 2019, à l’âge de 95 ans.

Madame Ghislaine TORNEZY, veuve de notre camarade Paul TORNEZY, le 26 juin 2019, à l’âge de 95 ans.

 

Jacques GOUJAT, le 20 mai 2019 à l’âge de 83 ans.

Figure majeure du monde combattant, Jacques Goujat s’est impliqué dès les années 1960 dans le monde associatif. Il était Président de l’Union française des Associations de Combattants et Victimes de Guerre (UFAC), et Président de la Fédération Nationale des Combattants Prisonniers de Guerre, Combattants Algérie, Tunisie, Maroc (FNCPG/CATM). En 1976, il intègre le Conseil d’administration de l’ONACVG, avant d’en devenir le 1er Vice-président. Président de la Fédération Mondiale des Anciens Combattants (FMAC), il fut également Président de la Caisse Autonome de Retraite mutualiste des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (CARAC) de 1992 à 2012. Ancien membre du Conseil économique et social, il fut administrateur de l’Institution nationale des Invalides (INI) depuis 2008, et a été jusqu’en 2015 Président de la Commission nationale de la carte du combattant.

 

Le colonel Jean BABY, le 28 août 2019 à l’âge de 96 ans.

Résistant dans l’Isère au sein de l’Armée Secrète, il sert ensuite en Indochine où,  blessé par une mine en 1950, il doit être amputé de la jambe droite et perd l’œil gauche. Malgré ces mutilations il poursuit sa carrière jusqu’en 1982.  Après 36 années de service, le Colonel Baby se consacre à la défense du monde combattant et des grands invalides de Guerre. Ainsi, il a assumé les responsabilités de Président de la Fédération des Amputés de Guerre de France, de Secrétaire Général de l'Association des Mutilés de Guerre des Yeux et des Oreilles. Vice-président de l'UFAC dont il a présidé la commission de la défense des droits, il a été un membre actif du Comité d'Entente des Grands Invalides de Guerre. 

Les aveugles de guerre s’associent à la peine des familles éprouvées et leur adressent leurs sincères condoléances.

*

A l’honneur

Mme Paulette CARRÉ, veuve de notre camarade Jean CARRÉ, a été nommée chevalier de l’Ordre national du Mérite au titre du ministère de la culture, par décret du Président de la République en date du 29 mai 2019.  

Ancienne adjointe au maire de Plouay (Morbihan), déléguée à la culture, cheffe de chœur d'une chorale,  cette décoration vient récompenser 42 années de services associatifs. Paulette CARRÉ a été vice-présidente de la Fondation des Aveugles de Guerre de 2011 à 2019.

 

Le professeur Jean-Paul RENARD, professeur agrégé de médecine (ophtalmologie), a été  promu commandeur dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur par décret du 13 juillet 2019  au titre de la Grande Chancellerie de la Légion d’Honneur. Le Médecin Général Inspecteur (2S) Jean-Paul RENARD, ancien chef du service d’ophtalmologie  du Val de Grâce, est membre du conseil d’administration de la Fondation des Aveugles de Guerre en qualité de commissaire du gouvernement.

 

Nous adressons nos chaleureuses félicitations aux deux récipiendaires pour ces distinctions bien méritées et les remercions vivement pour leur engagement au sein de la Fondation.

 

Retrouvailles 2019

Organisées à Paris les 25 et 26 septembre, les traditionnelles journées des Retrouvailles ont réuni une trentaine de participants dont 8 camarades, Antonic, Cavailler, Clet, Doussot, Gesta, Joudrain, Pavlic, Tricot, et 3 veuves, Mmes Carré, Ghighi et Jousselin.  Nous remercions celles et ceux qui, regrettant de ne pouvoir être présents, nous ont adressé un petit message amical s’associant à cette réunion par la pensée.

Le mercredi après-midi, après leur installation  au Cercle National des Armées, les participants se sont rendus place Blanche et ont pris place à bord du petit train touristique pour une visite de Montmartre. Passant devant le fameux cabaret du Moulin Rouge, empruntant les rues escarpées et sinueuses de la butte, le petit train a débarqué ses passagers  près du parvis de la basilique du Sacré-Cœur. La visite de l’édifice religieux commentée par un guide conférencier n’étant pas possible, celle-ci a été effectuée sous la conduite de Caroline Tricot avec l’appui de son téléphone et d’un haut-parleur portable faisant fonction d’audio guide pour l’ensemble du groupe. La redescente s’est effectuée par la place du tertre, un passage devant les cabarets des chansonniers, le carreau du Temple pour un retour place Blanche. Cette première journée s’est achevée par un dîner dans un restaurant place Saint-Augustin.

Hélène de Sainte Marie, Lucia et Nenad Antonic,

Mme Carré, Mme Biernat, Mme Jousselin

Le lendemain, le groupe a pris place sur les bancs de la chapelle de la Sainte-Vierge de l’église Saint-Augustin pour assister à la messe à la mémoire des camarades, veuves et épouses décédés. Cet office a été célébré par le Père Pascal Frey, recteur de la cathédrale Saint-Louis des Invalides et aumônier des Anciens combattants. A l’issue, le déjeuner des Retrouvailles, précédé d’un apéritif,  a été servi dans  un salon du Cercle National des Armées. 

Pierre et Caroline Tricot, Père Pascal Frey, Mme Lavigne , Colonel de Beaumont

Mme Lavigne, Colonel de Beaumont, Mme de Sainte-Marie, M. Lavigne, Mme Antonic

 

Mme Paulette Carré, Albert Gesta, Georges Doussot

de g. à dr. : Mme Motir, Mme Ghighi, André Joudrain, Mme Jacqueline Labrousse

Pascal Clet, Laurent et Nathalie Pavlik, Mme Ichard, Mme Motir

Zohra Taïar, Pascal Clet, Laurent et Nathalie Pavlik, Mme Ichard

Krystyna et Claude Cavaillier, Mme Biernat, Colonel Pernod

Chacun a ainsi pu profiter d’un moment convivial, propice  au partage de souvenirs et d’anecdotes, qui s’est conclu avec les poèmes récités par notre camarade André Joudrain et le chant de « La Madelon » repris à l’unisson par l’assemblée.

Nous espérons nous retrouver nombreux en 2020 pour la prochaine édition qui, avec l’aide de Pascal Clet, pourrait se tenir à Lyon.

*

Projet de Loi de Finances pour 2020

Le PLF 2020 est actuellement entré en discussion à l’Assemblée Nationale. Il contient des mesures qui concernent le monde combattant.

1) Maintenir le niveau de la retraite d’ancien combattant et des pensions militaires d’invalidité 

L’ensemble des droits des anciens combattants sont maintenus et pour certains améliorés. Toutefois, les crédits de la mission sont en diminution en raison de la démographie des bénéficiaires, en particulier les grandes cohortes d’anciens combattants ayant participé à la Seconde guerre mondiale et aux guerres et conflits liés à la décolonisation

2) Étendre la reconnaissance des conjoints survivants des grands invalides de guerre 

Une mesure nouvelle est prévue en 2020 afin de tenir compte, dans le calcul de la pension de conjoint survivant, des soins apportés par les conjoints survivants de grands invalides de guerre pendant une longue période.

Selon nos informations, il s’agirait de faire évoluer le montant de la majoration spéciale (Article L.141-20, ex L 52-2 du CPMI-VG). Cette majoration, versée en complément de la pension principale, est actuellement fixée à 500 points d’indice pour une durée de mariage et de soins constants au moins égale à 10 ans. Des points d’indice supplémentaires, dont le nombre n’est pas encore déterminé,  seraient accordés par tranche de 5 années à partir de 15 ans.

Cette progressivité de la majoration spéciale proportionnelle à la durée de mariage et de soins constants est une demande portée depuis plusieurs années par la Fondation des Aveugles de Guerre et le Comité d’Entente des Grands Invalides de Guerre. Nous espérons donc que cette mesure soit votée  et mise en place à compter du 1er janvier 2020.

*

Actions de la Fondation en 2018

Parrainage d’un chien guide d’aveugle (20 000 €)

La Fondation a renouvelé pour la 3ème année consécutive son soutien à l’école de formation des chiens guides de Toulouse en parrainant Naya, une femelle labrador noir âgée de 2 ans. Celle-ci a été remise gratuitement à Justine Mouysset, jeune toulousaine malvoyante. Naya est son premier chien guide.

Justine souhaitait un chien guide car elle se sentait limitée dans ses déplacements avec la canne blanche. Elle n’osait plus faire de trajets inconnus et ne se déplaçait plus la nuit de peur de se blesser.

Naya lui apporte une plus grande fluidité dans ses déplacements. Elle se sent beaucoup plus à l’aise sur les trajets inconnus, parmi la foule ou dans les déplacements de nuit.

« Nous avons une relation très complice avec Naya. J’espère qu’elle deviendra encore plus forte avec le temps ! Naya est une chienne très appliquée au travail. Elle est minutieuse et fait attention. C’est une chienne joueuse mais qui sait se montrer calme et patiente quand il le faut. »

Justine Mouysset et Naya

Don d’un échographe oculaire (29 990 €)

La Fondation a fait don à l’Hôpital d’Instruction des Armées Bégin de Saint-Mandé (94) d’un échographe oculaire. La remise officielle a eu lieu dans le service d’ophtalmologie du professeur Jean-Marie Giraud, le 9 octobre dernier. La délégation de la Fondation composée du président Pierre Tricot, du trésorier Jean-Noël Lavigne, des administrateurs Marie Larroumet et Thomas Carré ainsi que du professeur Jean-Paul Renard a été reçue par le directeur de l’hôpital, le médecin général Vincent Duverger, le  professeur Jean-Marie Giraud et l’équipe du service d’ophtalmologie.

de g. à dr. : médecin général Vincent Duverger, Pierre Tricot, professeur Jean-Marie Giraud

 

Cet équipement, utilisant une sonde à ultrasons, est un outil de première importance pour les activités du service d’ophtalmologie, centre expert dans le domaine du glaucome.

Il permet d’analyser toutes les structures des ¾ arrière de l’œil, en particulier le vitré et la rétine. Très utile dans les cas d’hémorragie de l’œil lors de traumatismes oculaires, il détecte les lésions : décollement de rétine, luxation du cristallin, présence de corps étrangers …  L’utilisation des ultrasons à haute fréquence donne une analyse très fine de l’iris et de l’angle irido-cornéen, zone cruciale dans le glaucome, permettant de diagnostiquer et d’administrer les traitements préventifs et curatifs les mieux adaptés aux différents types de glaucome.

 

* * *