Inauguration des "Parentèles de la rue Blanche"

Après près de 10 années de travaux et une ouverture en septembre 2013, l’établissement baptisé « Les parentèles de la rue Blanche » a été officiellement inauguré le 14 mars 2014. A l’invitation du docteur Alfred Saillon, fondateur du groupe Almage, organisme gestionnaire de plusieurs maisons de retraite, Pierre Tricot, secrétaire général, représentait l’UAG.

La plaque, inaugurée en 2007 mentionnant la présence des aveugles de guerre à cette adresse pendant près de 70 ans, est toujours fixée sur la façade du bâtiment sur rue, à gauche du portail d’entrée.

Celui-ci a été remplacé par un portail moderne avec visio-code. Les bornes de chaque côté ont été supprimées ainsi que le trottoir sous le porche qui a été relevé pour permettre l’accès des véhicules d’intervention des pompiers.

Le bâtiment sur rue a été ravalé. Les appartements réhabilités et mis aux normes font partie maintenant du parc de logements sociaux de la ville de Paris.

Le sol sous le porche remonte en pente légère, ce qui permet, après avoir franchi un second portail, de parvenir dans la cour qui, après avoir été remblayée, est au même niveau que le bâtiment. Le perron de quelques marches a ainsi disparu, permettant une parfaite accessibilité à la porte d’entrée.

 plaque rue Blanche

 49 rue Blanche

côté cour rue Blanche

Façade, côté cour

La façade sur cour a bénéficié d’un ravalement et conserve son aspect d’origine même si l’ensemble a été rehaussé de deux étages. En revanche, le côté jardin est totalement modifié. En effet, le bâtiment a été épaissi d’environ 3 mètres et une nouvelle façade a ainsi vu le jour. Une terrasse en bois conduit au jardin qui conserve son charme.

 façade côté jardin 1

Façade, côté jardin

 jardin

La résidence possède une architecture et un aménagement spécifiques pour que les résidents retrouvent des repères et pour susciter des émotions positives chez eux. Ainsi, l’intérieur du bâtiment a été modifié puisque, pour des raisons de sécurité et de gain de place, le grand escalier a disparu. L’accès aux étages se fait par un grand ascenseur ou par un escalier encagé.

Le rez-de-chaussée accueille les locaux administratifs et les cuisines. Le salon Maunoury a été réduit en surface mais conserve une fonction de salle de réception. Les œuvres réalisées par les résidents dans l’atelier d’art-thérapie y sont exposées.

Chacun des 6 étages accueille une parentèle organisée autour de l’espace commun, petite cuisine, salle à manger et salon. Ils sont décorés de couleur différente pour que l’identification des étages soit facilitée pour les résidents.

 

Les chambres individuelles sont spacieuses et équipées d’une salle de bain. Les résidents peuvent apporter leurs propres meubles.

 

rotonde

1er étage - rotonde donnant sur la cour

Cet établissement est une belle réalisation qui a valu l’obtention d’un prix européen au cabinet d’architectes qui en a assuré la réalisation.

Les aveugles de guerre peuvent avoir la satisfaction que le « 49 rue Blanche » conserve sa vocation de lieu d’accueil qui continue à proposer un projet humain et rassurant face à la perte d’autonomie.

Les photographies illustrant cet article et les descriptions ayant permis sa rédaction ont été réalisées par Caroline Tricot.

hall accueil

hall d'accueil

salle

intérieur

salle à manger à chaque étage

couloir

 

bureau secrétaire général-chambre

ancien bureau du secrétaire général

 

chambre

* * *