Attribution de la bourse 2022/2023

Sur proposition du Comité scientifique, le conseil d'administration a, dans sa séance du 17 mai 2022, validé la candidature de Madame Noémie VILALLONGUE. 

Doctorante en 3ème année de neurosciences à l'Université Grenoble Alpes (Grenoble Institut des Neurosciences - Centre de recherche INSERM U1216), Madame Noémie VILALLONGUE a pour objet de recherche : "Modulation du guidage axonal lors de la régénération afin de reconstruire le circuit visuel".

"En France, près de 1,7 millions de personnes sont atteintes de troubles de la vision. Leurs causes peuvent être diverses telles que des maladies oculaires, des traumatismes, des maladies infectieuses ou des addictions (tabac, alcool). Ces troubles affectent à différents niveaux la fonction de l’œil et aboutissent le plus souvent à une mort massive des neurones de la rétine. Ces derniers constituent le pont qui relie les yeux au cerveau : lorsqu’ils disparaissent, l’information visuelle n’est plus transmise jusqu’au cerveau engendrant la cécité chez les patients. Malheureusement, la perte des neurones est irréversible. Cependant, les scientifiques ont récemment trouvé un moyen de protéger ces neurones et de leur permettre de repousser après une lésion. Ainsi, nous pouvons potentiellement rétablir la connexion entre l’œil et le cerveau. Néanmoins, cette repousse ne s’accompagne pas d’un retour de la vue. En effet, les neurones qui repoussent se perdent en chemin et ne parviennent pas à connecter leur cible correcte dans le cerveau. Mon travail de thèse consiste à moduler les signaux de guidage présents sur la route des neurones afin de changer leur trajectoire. Ce faisant, je suis parvenue à acheminer les neurones en cours de régénération jusqu’à l’une de leurs cibles spécifiques dans le cerveau. La prochaine étape, qui constituera les travaux de ma 4ème année de thèse, sera de déterminer si la nouvelle connexion entre neurones et cible est fonctionnelle et permet un retour de la vue. Cette étude mettra en évidence la nécessité de guider les neurones qui régénèrent afin de former des circuits neuronaux fonctionnels. Ces travaux auront une importance cruciale dans le contexte de la réparation du nerf optique. En effet, mes résultats pourront être utilisés dans le développement de nouvelles thérapies pour soigner les atteintes du système visuel."