Lettre de liaison n°5

Cher camarade, Madame, Monsieur,
En ce début d’automne, j’ai le plaisir de vous adresser cette nouvelle lettre de liaison destinée, en complément des renseignements disponibles auprès du secrétariat ou sur le site Internet de la Fondation, à vous donner quelques nouvelles et informations récentes.

Les traditionnelles journées des Retrouvailles, organisées par la Fondation, se sont déroulées du 11 au 14 septembre au domaine des Gueules Cassées du Coudon à La Valette du Var près de Toulon. La qualité palliant la quantité, cette réunion a rassemblé une petite trentaine de participants dont 8 aveugles et 2 veuves.

Le lundi, après l’accueil et l’installation au domaine, chacun a pu prendre des nouvelles des uns et des autres autour d’un premier dîner convivial.
La journée du lendemain était consacrée à la sortie touristique. Première étape, la visite en bateau de la base navale et de la rade de Toulon. Sous un beau soleil, par mer calme et grâce aux très intéressants commentaires du commandant, nous avons pu, parmi les navires de guerre au mouillage dans l’arsenal, observer ou imaginer le porte-avions « Charles de Gaulle » à l’abri dans sa cale sèche, le « Tonnerre » prêt à appareiller pour porter assistance dans les Antilles et une frégate furtive aux formes très particulières.

Ballade maritime dans la rade de Toulon


La matinée s’est poursuivie par une promenade en petit train sur le bord de mer jusqu’à la plage des Morillons, puis découverte du centre ville de Toulon avant un retour sur le port pour un déjeuner dans une sympathique brasserie. Au programme de l’après-midi, la visite du Moulin du Partégal où, après une présentation du procédé de fabrication de l’huile d’olive, une dégustation nous a permis d’apprécier la nette différence entre une huile d’un producteur et celle d’un négociant (1). Mais bien entendu, la qualité a un coût !
Le mercredi matin, la messe à la mémoire des camarades, veuves et épouses décédées a été célébrée dans la chapelle du domaine du Coudon par le père Jérôme Dernoncourt, jeune prêtre du diocèse de Fréjus-Toulon. A l’issue de la messe, le groupe s’est rassemblé devant le monument des fondateurs de l’Union des Blessés de la Face et de la Tête (2) au pied duquel Pierre Tricot et Paulette Carré, président et vice-présidente de la Fondation, ont déposé une gerbe de fleurs au nom des aveugles de guerre. Cette petite cérémonie, ponctuée par la sonnerie aux morts et la Marseillaise entonnée par les 2 participants, a été l’occasion de rendre hommage aux camarades avec une pensée particulière pour les
présidents de l’UAG décédés.

Cérémonie devant le monument aux morts 

Après cette matinée consacrée au recueillement, le traditionnel déjeuner des Retrouvailles s’est déroulé au restaurant du domaine des Gueules Cassées. La qualité du repas et l’ambiance chaleureuse ont contribué, malgré l’absence regrettée de nos habituels chanteurs et conteurs, à la réussite de ce moment de convivialité et d’amitié.
La journée s’est poursuivie par la visite au Mont Faron qui domine la rade de Toulon. Tout au long de la route qui s’élève jusqu’à 550 mètres au-dessus de la mer, on peut « contempler » le panorama du littoral varois. Installé dans un ancien fort au sommet du Faron, le mémorial du débarquement de Provence, inauguré en mars 2017 après une entière rénovation, rend hommage aux combattants de l'armée B commandés par le général de Lattre de Tassigny qui, le 15 août 1944, ont participé à l'opération "Dragoon" destinée à ouvrir un second front sur le territoire français. Après ces journées passées dans le cadre accueillant et reposant du domaine du Coudon et pour lesquelles nous adressons nos remerciements à sa directrice et à toute son équipe, chacun a pris le chemin du retour en se donnant rendez-vous pour l’édition 2018. En effet, la réunion des Retrouvailles de l’année prochaine coïncidera avec la commémoration, en décembre, du centenaire de la création de l’UAG. La Fondation souhaite, à cette occasion, pouvoir rassembler, au mois de décembre 2018 à Paris, le plus grand nombre d’aveugles de guerre et de veuves, entourés de leurs enfants et amis.

Pierre Tricot


(1) L’étiquette des bouteilles d’huile d’olive doit indiquer le pays d’origine. Pour les huiles produites en France, le numéro d’agrément du conditionneur doit figurer sur l’étiquette. Les 2 premiers chiffres correspondent au département où est Installé le conditionneur, suivis du code de l’entreprise et des lettres indiquant s’il s’agit d’un producteur (M/O) ou d’un négociant (N/O).
(2) Ce monument rend hommage aux fondateurs de l’Union des Blessés de la Face et de la Tête, « les Gueules Cassées », le colonel Yves Picot, Bienaimé Jourdain et Albert Jugon. Édifié à l’origine dans le parc du château de Moussy-le-Vieux, il a été transféré au domaine du Coudon en 2015.

 

In Mémoriam

Nous avons appris récemment les décès de :
- Notre camarade Gilbert Truffot est décédé le 12/06/2017 à l’âge de 83 ans. Né le 20/03/1934 à Troyes, caporal-chef sur la base aérienne de Saint-Cyr-l’Ecole, il devient aveugle en 1955 à la suite d’un accident de la circulation. Après sa blessure, il obtient son diplôme de masseur kinésithérapeute et exerce cette profession pendant 40 ans. Professeur de braille bénévole au comité de Troyes de l’Association Valentin Haüy. Blessé hors guerre et non bénéficiaire de l’allocation Grand Mutilé, il n’est admis à UAG qu’en 1991 après modification des statuts. Marié en 1957 à Yanek Potureyko, il
était père de deux enfants.
- Madame Virginie Creignou, veuve de notre camarade François, le 06/01/2017, à l’âge de 90 ans
- Madame Yvonne Bouhali, veuve de notre camarade Bernard, le 13/07/2017, à l’âge de 96 ans
- Madame Antonia Nicolas, veuve de notre camarade Pierre, le 03/08/2017, à l’âge de 89 ans
- Madame Fernande Lopez, veuve de notre camarade Pierre, le 7/09/2017, à l’âge de 100 ans
- Madame Georgette Doussot, épouse de notre camarade Georges, le 08/10/2017, à l’âge de 95 ans


Réception des aveugles de guerre à la préfecture de Haute-Garonne


Le 9 octobre, les aveugles de guerre et les veuves du Sud-Ouest ont été conviés à dîner par M. Pascal Mailhos, Préfet de la région Occitanie, et son épouse. Cette réception concrétise l’invitation faite par M. le Préfet en octobre 2016 lors de l’assemblée générale au cours de laquelle les membres de la section « Grand Sud-Ouest » de l’UAG avaient prononcé sa dissolution. Comme l’a souligné M. Mailhos lors de son chaleureux mot d’accueil, cette invitation témoigne de son attachement et de son admiration pour tous ceux qui, par leur sacrifice et leur engagement, à l’image de maître Jean Maubec dont il a rappelé à cette occasion le parcours remarquable, constituent des exemples pour les générations présentes et futures.


Messieurs Maubec, Gesta, Marie, Tricot et Mesdames Peyrefitte et Montagné
entourent Monsieur le Préfet

 

Valeur du point PMI

Arrêté du 1er août 2017 (Journal Officiel n°018 du 12/08/2017 – texte n°19).
La valeur du point d’indice de pension militaire d’invalidité a été fixée à 14,40 euros au 1er janvier 2017.
La régularisation a été effectuée sur les bulletins de pension du mois de septembre.

Rappel valorisation de la retraite du combattant

Le décret n° 2016-1904 du 28 décembre 2016 a porté le montant de la retraite du combattant à 50 points d’indice de pension militaire d’invalidité au 1er janvier 2017 puis à 52 points au 1er septembre 2017.
Le montant annuel de la retraite du combattant est donc de 748,80 euros (52 points * 14,40 €).

Comité d’entente des Grands Invalides de Guerre devient une association loi 1901

Les membres du Comité d’Entente des Grands Invalides de Guerre, fidèles au souvenir de la Confédération Nationale des Anciens Combattants et Victimes de la Guerre créée en 1937, et conscients d’avoir à défendre des intérêts spéciaux, complexes et souvent d'une importance vitale pour leurs adhérents s’agissant des droits à reconnaissance et réparation, décident de se constituer en association.
Tout en conservant leur autonomie propre, c’est à leurs yeux le meilleur moyen d’entretenir des contacts fréquents afin de parler d’une seule voix aux pouvoirs publics et de diffuser l’information aux associations et fédérations d'anciens combattants et victimes de guerre quant aux problèmes spécifiques les concernant.
Lors de l’assemblée générale constituante organisée le 19 septembre 2017, les présidents des associations, fédérations, unions et fondations [Association des Mutilés de Guerre des Yeux et des Oreilles (AMGYO), Association Nationale des Plus Grands Invalides de Guerre (ANPGIG), Fédération des Amputés de Guerre de France (FAGF), Fédération Nationale des Blessés Multiples et Impotents de Guerre (FNBMIG), Fondation des Aveugles de Guerre (FAG), Union des Blessés de la Face et de la Tête « Les Gueules Cassées » (UBFT)] ont adopté les statuts de l’association dénommée « Comité d’Entente des Grands Invalides de Guerre », « CE-GIG ».
Le bureau est ainsi constitué : Président : général Paul DODANE (UBFT) ; Secrétaire général et Vice-Président : André Jean MERCORELLI (FNBMIG) ; Trésorier : Richard PERNOD (FAG) ; Trésorier adjoint : Alain CUINET (AMGYO).
Ses buts sont :
1 - L’étude des questions générales ou particulières concernant les intérêts moraux ou matériels des adhérents des organismes membres ;
2 - L'élaboration d’une unité de vue et d’actions coordonnées sur les questions retenues par le CEGIG
;
3 - La représentation dans l’intérêt des Grands Invalides de Guerre, de ses organismes membres, au sein des instances mises en place par les pouvoirs publics ;
4 - La défense du « Droit à reconnaissance et à réparation » prévu par la loi du 31 mars 1919 repris par le Code des Pensions Militaires d’Invalidité et des Victimes de Guerre (CPMIVG) ;
5- La mise à disposition, par tous moyens appropriés, d’informations régulières ou ponctuelles destinées à l’ensemble du public ou des organismes concernés par le code des Pensions Militaires d’Invalidité et des Victimes de Guerre (CPMIVG).
Les présidents et représentants des associations membres du Comité d’entente


Les présidents et représentants des associations entourant le président du Comité d'entente 
des Grands Invalides
de Guerre,  le général Paul Dodane

 

*  *  *